You are here

Ce qui rompt le jeûne [mufţirât]

Ce qui rompt le jeûne [mufţirât]

Ce sont les choses dont le jeûneur doit obligatoirement s’abstenir car elles annulent le jeûne. Citons:

  1. Manger et boire 

Allah dit: [Mangez et buvez jusqu’à ce que vous discerniez le fil lumineux de l’aube du fil obscur de la nuit. Après cela, poursuivez le jeûne jusqu’à la nuit] [2:al-Baqara:187].

Celui qui mange ou boit par oubli, son jeûne est valide et n’a pas de péché comme le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit: «Qui a mangé ou bu par oubli alors qu’il est en état de jeûne, qu’il poursuive son jeûne car c’est Allah qui l’a nourri et abreuvé» (al-Boukhârî 1831, Mouslim 1155).

  1. Ce qui est comparable à la nourriture et à la boisson

Exemples:

  • Les solutions injectables nutritives qui pénètrent dans le corps et lui apportent ce qui lui manque de sels minéraux et de nutriments. En effet, elles tiennent lieu de nourriture et de boisson. Elles sont donc jugées pareillement [c’est-à-dire que, comme la nourriture et la boisson, elles annulent le jeûne].
  • La transfusion sanguine pour le malade. En effet, le but de la nourriture et de la boisson c’est justement le sang [c’est-à-dire: sa production (par l’organisme) ou son enrichissement en éléments nutritifs].
  • Fumer, quelle que soit la substance. En effet, cela annule le jeûne puisque cela consiste en l’introduction dans le corps de produits nocifs par inhalation de fumée.
  1. Le coït consistant [au minimum] en l’introduction du gland dans le vagin, peu importe qu’il y ait ou non éjaculation
  1. L’éjaculation de sperme provoquée volontairement par le contact physique, la masturbation ou autre

En revanche, les éjaculations involontaires nocturnes n’annulent pas le jeûne [quand elles surviennent pendant un sommeil diurne].

Il est permis à l’homme d’embrasser sa femme etc. à condition qu’il soit capable de se contrôler pour ne pas annuler son jeûne.

  1. Se forcer à vomir, de façon intentionnelle

En revanche, celui qui vomit involontairement, n’est pas fautif [son jeûne reste valable]. Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit: «Celui qui est submergé par l’envie de vomir et vomit, n’a pas à récupérer [son jour de jeûne] mais celui qui se fait vomir doit récupérer [son jour de jeûne]» (at-Tirmidzî 720, Aboû Dâwoûd 2380).

  1. L’écoulement du sang des règles ou des lochies

Si ce sang est aperçu, même dans les derniers moments du jour avant le coucher, la femme rompra son jeûne. De même, si elle n’est devenue pure qu’après le lever de l’aube, son jeûne de cette journée n’est pas valable, elle le rompra aussi. Ceci en vertu de ce que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit: «N’est-ce pas que quand elle a ses règles, elle ne prie pas et ne jeûne pas ?» (al-Boukhârî 1850).

Quant au sang pathologique qui coule de la femme [hémorragie utérine, métrorragie] et qui n’est ni le sang menstruel dont la période est régulière dans le mois ni le sang des lochies consécutif à l’accouchement, il n’empêche pas le jeûne. 

Les solutions injectables nutritives, celles qui sont pour le malade un remplacement nourrissant, sont considérées être une cause annulative du jeûne

 

Ceux qu’Allah a dispensés de jeûne

Allah a donné la permission à certaines catégories de personnes de manger pendant le ramadan par allègement, par miséricorde et pour leur rendre les choses faciles. Ce sont:

  1. Le malade pour qui jeûner est préjudiciable. Il lui est permis de rompre le jeûne. Il devra récupérer (les jours de jeûne non jeûnés) après le ramadan.
  2.  Celui qui est dans l’incapacité de jeûner en raison de son âge très avancé ou d’une maladie incurable. Il est autorisé à manger mais pour chaque jour de jeûne non jeûné, il nourrira un pauvre en lui donnant l’équivalent d’un kilo et demi de la nourriture de base communément consommée localement. 
  3. La femme ayant ses règles et celle qui est en période de lochies. Il leur est interdit de jeûner et celui-ci n’est pas valable de leur part (si elles le faisaient dans cet état). Elles devront compenser par un jeûne de récupération après le ramadan.
  4. La femme enceinte et celle qui allaite. Si elles ont peur pour elles-mêmes ou pour leur enfant, elles rompront le jeûne et récupéreront les jours de jeûne non jeûnés.
  5. Le voyageur au cours de son déplacement ou pendant sa halte passagère de moins de quatre jours. Il lui est permis de rompre son jeûne et de récupérer cela après le ramadan. Le Très-Haut dit: [Quiconque est malade ou en voyage, qu’il jeûne alors un même nombre de jours plus tard. Allah veut pour vous la facilité non la difficulté] [2:al-Baqara:185].

Allah a permis au voyageur de rompre son jeûne du Ramadan. Mais il se doit, s’il le rompt de rattraper ce jour    

Quel est le jugement de l’Islam de celui qui transgresse le jeûne du ramadan ?

Celui qui rompt son jeûne sans raison valable, doit se repentir à Allah car il a commis un grand péché et a désobéi à un ordre de son créateur. Il doit récupérer uniquement le jour de jeûne non jeûné sauf si le jeûne a été rompu par un acte sexuel car dans ce cas il doit non seulement récupérer le jour en question, mais en plus, accomplir une expiation pour son péché. L’expiation consiste [d’abord] à libérer une personne, c’est-à-dire à acheter un esclave musulman puis à l’affranchir car l’islam incite à libérer les hommes du joug et de l’esclavage chaque fois que cela est possible. Si cela n’est pas possible, comme c’est le cas aujourd’hui, il jeûne deux mois consécutifs. S’il en est incapable, alors il nourrit soixante pauvres.

Le jeûne surérogatoire

Allah rendu obligatoire un mois de jeûne dans l’année, mais incite [également] à jeûner d’autres jours pour ceux qui en trouvent la force et la volonté afin d’obtenir plus de récompense. Parmi les jours en question, citons:

  1. Le jour de `Âchûrâ’ auquel on ajoute le jour qui le précède ou celui qui vient après. C’est le dixième jour d’al-muħarram lequel est le premier mois du calendrier musulman. C’est le jour où Allah sauva le messager d’Allah Moûsâ de Pharaon qu’il a noyé avec les siens. Le musulman le jeûne pour remercier Allah d’avoir sauvé Moûsâ et pour imiter notre prophète qui l’a jeûné et a dit à ce propos: «Jeûnez [aussi] un jour avant lui ou après» (Aħmad 2154). Quand on le questionna sur [ce que rapporte] le fait de le jeûner, il répondit: «Il est la cause de la rémission des péchés de l’année écoulée» (Mouslim 1162).
  2. Le jour de `Arafa. C’est le neuvième jour de dzu-l-ħijja qui est le douzième mois de l’année musulmane. En ce jour, les pèlerins se rassemblent à `Arafa pour invoquer et implorer Allah -le Puissant et Majestueux. C’est un des meilleurs jours de l’année. Il est recommandé à ceux qui ne sont pas en pèlerinage, de le jeûner. Quand on questionna le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) sur le fait de jeûner le jour de `Arafa, il répondit: «Il est la cause de la rémission des péchés de l’année écoulée et de l’année à venir» (Mouslim 1162).
  3. Les six jours de chawwâl lequel est le dixième mois de l’année musulmane. Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit: «Si on jeûne le ramadan puis on le fait suivre de six jours de chawwâl, c’est comme si on a jeûné toute l’année» (Mouslim 1164).
  4. Le jeûne mensuel de trois jours: Abu Horaira a dit: «Mon grand ami (le Prophète) m’a recommandé trois choses à ne pas délaisser jusqu’à ma mort: Le jeûne de trois jours par mois, la prière de doha (prière entre le lever du soleil et midi) et le witr avant de m’endormir» (Al-Boukhârî 1178, et Mouslim 721).

Le guide simplifié du musulman

Le site du «guide simplifié du musulman» est une copie électronique du livre : «Le guide simplifié du musulman» qui est un des projets de la société «Le guide moderne». Il a été édité en plus de 15 langues et a été rendu compatible avec de nombreux formats électroniques.

Le guide moderne